Suisse

Des infirmières à haut potentiel

Les infirmières cliniciennes spécialisées, titulaires d’un master ou d’un doctorat, devraient révolutionner les soins en Suisse, comme elles le font au Canada depuis 60 ans. Mais elles peinent à s’intégrer.
Des infirmières à haut potentiel
«Si nous ôtions les cliniciens, il y aurait un ­tollé négatif» Jean-François Menoud. KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Santé

Avant, l’usage voulait que les détenus des prisons vaudoises, présentant des troubles psychiatriques, soient placés de longues heures dans des cellules médicales lorsqu’ils entraient en crise. Une pratique répandue, visant à calmer le patient, mais aussi un geste violent, difficilement vécu tant par lui que par les soignants. Aujourd’hui, on travaille plutôt sur la capacité du détenu à identifier les facteurs qui provoquent ses crises et à les anticiper. On

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion