Actualité

Afrin crie sa détresse

La situation humanitaire se dégrade rapidement dans l’enclave kurde bombardée par les Turcs.
Afrin crie sa détresse
L'artillerie turque pilonnant des positions kurdes à Afrin. Keystone
Syrie

«Si les habitants ne meurent pas sous les bombes, ils mourront de faim.» Dans la voix angoissée de Jemmu Rojîn résonne le refrain funèbre qui accompagne chaque offensive contre les villes syriennes promises à un siège. Cette fois, c’est au tour d’Afrin, la capitale d’un canton en mains kurdes situé au nord-ouest du pays. Dans le rôle de l’assaillant? La Turquie et une frange des rebelles qui lui sont fidèles.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion