Musique

Le bâti selon Einstürzende Neubauten

Avec un nom imprononçable qui signifie «effondrement des constructions modernes» et une musique expressionniste et bruitiste, le groupe berlinois a marqué son temps. Antigel lui ouvre ses portes.
Le bâti selon Einstürzende Neubauten
Après des ­débuts fracassants à coup de perceuses et d’objets ­récupérés sur les chantiers, les Berlinois ont changé de stratégie en ­célébrant le ­silence. DR
Festival Antigel

Peu de groupes ont laissé une empreinte aussi profonde. Emblème de la mouvance industrielle mêlant cabaret ­surréaliste, «post-punk» et musique concrète, Einstürzende Neubauten a d’abord produit ses chansons à coup de perceuses et d’objets métalliques collectés dans des décharges, avant de changer de stratégie au début des années 2000 sur l’album Silence is Sexy. S’il reste associé au Berlin des années 1980, Einstürzende Neubauten («effondrement des constructions modernes») a multiplié

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion