Suisse

Ethos, le poids du passé

Le choc de la démission de deux administratrices suscite une vague de témoignages sur la fondation.
Ethos, le poids du passé 1
Habitué à pourfendre les excès de pouvoir dans l’entreprise, Dominique Biedermann est à son tour montré du doigt par d’anciens collaborateurs. KEYSTONE
Durabilité

«Inacceptable»: c’est le mot qui revient invariablement chez d’anciens collaborateurs et collaboratrices d’Ethos, qui dénoncent une inadéquation entre le discours public de la fondation et ce qui se passe, ou se passait, à l’intérieur de ses murs. S’ils sortent du bois anonymement aujourd’hui, c’est pour soutenir deux administratrices démissionnaires (lire La Liberté du 15 décembre 2017). Ethos réagit en rejetant ces accusations et en annonçant des mesures concernant la pérennité de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion