International

«Boycotter Israël est un droit», selon Amnesty

Amnesty International réagit à la liste noire des vingt ONG interditesd’entrée en Israël.
«Boycotter Israël est un droit», selon Amnesty
Un homme tente de franchir le mur de séparation au nord de Jérusalem. Keystone
Proche-Orient

Israël a érigé un nouveau mur à ses frontières. L’ennemi, en l’occurrence, ce sont vingt organisations réunies sur une liste noire (publiée le 7 janvier) ayant eu le tort de participer, de soutenir ou appelé à soutenir la campagne «Boycott désinvestissement sanctions» (BDS) (1). A compter du 1er mars, leurs membres ne pourront plus mettre le pied en Israël ni dans les Territoires palestiniens occupés. L’organisation des droits de l’hommeAmnesty International

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion