Actualité

Le quitte ou double de Milos Zeman

La présidentielle de ce week-end pourrait confirmer la dérive populiste de la République tchèque.
Le président Milos Zeman symbolise à lui seul la dérive autoritaire dans laquelle son pays s’est engagé. WIKICOMMONS
Élections en République tchèque

Pays prospère, longtemps considéré comme «le bon élève» d’Europe de l’Est, la République tchèque risque-t-elle de se transformer en «démocratie autoritaire», à l’image de la Hongrie ou de la Pologne? C’est l’une des questions posées par l’élection présidentielle de ce week-end. Une élection qui va opposer neuf candidats, dont l’actuel président Milos Zeman. Figure historique, en compagnie de ses illustres prédécesseurs Vaclav Havel (premier président de l’après-communisme) et Vaclav Klaus,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion