Cinéma

Rédemption hassidique

LOOK NOW!
«Brooklyn Yiddish (Menashe)»

Les communautés hassidiques sont régulièrement abordées au cinéma, sans doute pour le potentiel dramatique de ces mondes clos régis par des règles religieuses intransigeantes et archaïques. En 2013, Le Cœur a ses raisons relatait ainsi le dilemme d’une jeune femme promise au mari de sa sœur défunte dans le quartier orthodoxe de Tel Aviv – dont la réalisatrice Rama Burshtein est elle-même issue. Tandis que Félix et Meira, de Maxime

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion