Suisse

Quel droit au regroupement familial?

Le Centre suisse pour la défense des droits des migrants (CSDM) et le bureau à Genève du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) organisaient mardi à Berne une conférence sur le regroupement familial. L’occasion pour les quelque quatre-vingts personnes présentes d’entendre une conférence de Nils Muižnieks, commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. Il est en effet l’auteur d’un rapporthttp://centre-csdm.org qui relève toute une série d’obstacles concernant principalement les réfugiés reconnus conformément à la Convention de 1951. Ces personnes n’ont pas obtenu l’asile et sont considérées comme des réfugiés admis à titre provisoire.      
Nils Muižnieks: «Les obstacles mis au regroupement familial freinent grandement le processus d’intégration». DR
Asile

Quels sont les types d’obstacles au regroupement familial rencontrés? Nils Muižnieks: Au niveau européen, et cela vaut pour la Suisse, on remarque que ces problèmes concernent les réfugiés statutaires, qui sont là à titre provisoire mais souvent pour des années, comme par exemple les Syriens. Souvent les obstacles consistent à demander des documents difficiles, voire impossible, à obtenir, ou encore en fixant des délais très courts. Parfois aussi en définissant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion