Genève

ABB: la grève qui ne dit pas son nom

Le conflit social à ABB Sécheron s’intensifie. La direction du groupe, qui craint des pertes financières, utilise la menace pour inciter les employés à reprendre la production.
Le 30 octobre dernier Cédric Vincensini
Emploi

La grève. C’est un mot que personne ne prononce sur le site industriel d’ABB Sécheron, à Meyrin. Officiellement, les salariés ne sont pas en lutte. Les cent septante employés fixes participent à la procédure de consultation mise en place par la direction depuis l’annonce du plan de licenciements, le 6 no-vembre dernier. Près de cent cinquante postes sont menacés en comptant les temporaires. Mais dans les faits, la production est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion