Solidarité

«L’Equateur recule de vingt ans»

De passage à Genève, l’ex-président équatorien n’a pas caché son amertume devant la «trahison» de son successeur et ancien allié Lenin Moreno. Interview en toute franchise.
Rafael Correa était lundi à l’Unversité de Genève pour une conférence. Patrick Gilléron-Lopreno
Rafael Correa

Ses philippiques contre la presse dominante lui ont collé l’image d’un homme cassant, peu ami des médias et des critiques. C’est au contraire un Rafael Correa extrêmement chaleureux, attentif, qui nous a accueilli lundi, avec notre confrère de la Tribune, en marge d’une conférence à l’université de Genève. Patient, didactique, le professeur d’économie perçait sous l’homme politique, sans pour autant effacer le combattant déterminé. De toute évidence, l’homme qui a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion