Musique

It’s a man’s world

Le festival lausannois Jazz Onze+ fête sa 30e édition avec une affiche très féminine. Chose rare dans un univers toujours dominé par les hommes.
La bassiste Nik West accompagne sa voix soul par un jeu gorgé de funk DR
Enquête

Il y en avait une seule l’année passée, les voici plus nombreuses. Sur la scène du festival lausannois Jazz Onze+, qui a ouvert les portes de sa trentième édition mardi soir, les jazzwomen se sont fait une place entre ces mâles têtes d’affiche que sont Joshua Redman ou Ron Carter. Le jazz élargirait-il son horizon? «Nos critères sont avant tout musicaux. Mais comme il était regrettable de n’avoir qu’une seule

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion