Scène

Noemi Lapzeson, la discipline du corps

La danseuse, chorégraphe et pédagogue genevoise d’origine argentine vient de recevoir le Grand Prix suisse de danse. Elle évoque son métier exigeant.
«Créer peut être un besoin mais c’est surtout une discipline.» CEDRIC VINCENSINI
Danse

Elle est arrivée à Genève par amour. Et elle n’en est jamais repartie. La semaine dernière à Fribourg, le Grand Prix suisse de danse a récompensé ses cinquante-cinq ans de carrière. Une trajectoire joliment tracée par Noemi Lapzeson, qui découvrait le mouvement à 5 ans par la rythmique, à Buenos Aires. Dans son petit appartement genevois des Eaux-Vives, qu’elle n’a pas quitté depuis son arrivée ici, elle revient, sans nostalgie, sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion