Scène

Femmes et capitalisme, une histoire déjantée

Présenté au Théâtre de l’Usine à Genève, «Le Monde renversé» est une conférence-spectacle généreuse en apartés humoristiques et grotesques.
LE MONDE RENVERSE - une pièce de Aurélia Lüscher, Clara Bonnet, Guillaume Cayet, Itto Mehdaoui, Marie-Ange Gagnaux de la Compagnie Rêver l'ObscurE. TU, Genève, le 10 octobre 2017. ©Dorothée Thébert Filliger DOROTHEE THEBERT FILLIGER
Scène

Dans le cadre du cycle féministe «Rêver l’obscur», le public du Théâtre de l’Usine, majoritairement jeune et féminin, avait rendez-vous la semaine dernière avec Le Monde renversé. Une traversée de l’histoire du travail comme force productive de capital: une histoire théorisée par Karl Marx, mais ici complétée d’une remontée à l’origine, la nécessaire origine du prolétariat qui passe par l’asservissement des ventres des femmes en «usines à produire des travailleurs».

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion