Suisse

Trop de doctorants sur le carreau

Les docteurs souffrent peu du chômage, mais ils doivent souvent abandonner le monde académique
Le doctorat n’est pas la garantie d’un emploi dans le domaine de recherche. By DaveM93 (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]
Université

 «J’ai un contrat à durée indéterminée (CDI) avec un salaire tout à fait décent, d’autant plus que j’ai choisi de travailler à 80%. Je suis consciente d’être très privilégiée, car j’ai terminé ma thèse en sachant que j’avais un poste qui m’attendait après.» Titulaire d’un doctorat en psychologie, Anne*, 28 ans, pourrait illustrer les facilités d’insertion des jeunes docteurs dans le monde du travail. La réalité est moins rose. Selon

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion