Suisse

La menace du mercure

Genève accueille la première conférence mondiale pour réduire les risques liés à ce métal toxique
Les petites mines d'or artisanales sont les plus grandes émettrices de mercure qui pollue les sols et les rivières FLICKR/GRASSROOTSGROUP/CC
Pollution

Plus de 1300 congressistes inscrits, 154 pays représentés, 83 ministres et 67 ONG de la partie: depuis dimanche et jusqu’à vendredi, Genève est la capitale mondiale de la lutte contre les effets nocifs du mercure. Elle accueille la première Conférence des parties (COP1) de la Convention de Minamata sur le mercure, mise sur pied par le Programme des Nations Unies pour l’environnement. La protection des 11 millions de personnes menacées directement par ce métal

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion