Musique

A Genève, un «Figaro» en trois temps

«Figaro Gets a Divorce» d’Elena Langer s’ajoute au «Barbier de Séville» de Rossini et aux «Noces de Figaro» de Mozart pour compléter «La Trilogie de Figaro» sur laquelle s’ouvre la saison du Grand Théâtre.
«Figaro Gets a Divorce» s’inspire de «La Mère coupable» de Beaumarchais et de «Figaro divorce» d’Ödön von Horváth. GTG/MAGALI DOUGADOS
Opéra

Il y a neuf ans, c’était avec une «trilogie du diable» que Jean-Marie Blanchard entamait sa dernière saison à la tête du Grand Théâtre de Genève. Aujourd’hui, l’avant-dernière saison de son successeur s’ouvre sur une «Trilogie de Figaro», dont Tobias Richter s’offre en outre le plaisir de mettre en scène la pièce centrale, Les Noces de Figaro. Avant les Noces, c’est évidemment Le Barbier de Séville de Rossini. Et après?

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion