Actualité

Semih et Nuriye restent en prison

Nuriye Gülmen et Semih Ozakça comparaissaient jeudi devant un tribunal d’Istanbul. Mais les deux enseignants licenciés et leurs principaux avocats ont été privés d’audience.
Comme chaque manifestation de soutien aux enseignants grévistes de la faim accusés de terrorisme Sendika.Org
Turquie

Le palais de justice d’Ankara était sous tension ce jeudi 14 septembre à l’occasion du procès de Nuriye Gülmen et Semih Ozakça. Les deux enseignants, respectivement professeure de littérature comparée et instituteur, sont accusés d’appartenir à une organisation terroriste d’extrême gauche, le DHKP-C. Ils risquent jusqu’à 20 ans de prison. Mais pour leurs partisans, cette accusation est un prétexte et ce procès, politique. Une thèse renforcée par les entraves mises à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion