Genève

Moins de castagne, plus de dialogue à Chêne-Bougeries

L’exécutif de Chêne-Bougeries peut-il se payer le luxe de fermer un jardin d’enfants alors que les places de crèche font cruellement défaut? L’affaire des Castagnettes est symptomatique d'un climat politique considérablement tendu.
La Mairie de Chêne-Bougeries. Photo prétexte. DR
Exergue

Comment en est-on arrivé là? Le spectacle joué depuis la rentrée à Chêne-Bougeries est désolant. Il dévoile un acharnement des autorités de la commune à l’encontre d’un jardin d’enfants qui s’occupe d’une vingtaine de bambins et existe depuis plus de trente ans. Les deux parties sont aujourd’hui en guerre devant la justice pour savoir si l’association des Castagnettes a le droit de poursuivre ses activités dans un pavillon que la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion