Musique

John Cale, gentleman excentrique

Rencontre avec l’ancien complice de Lou Reed au sein du Velvet Underground. Il passe sa ­carrière en revue ce soir, en ouverture de la 41e édition du Festival de La Bâtie.
Mains de pianiste et altiste classique CEDRIC VINCENSINI
Musique

Quand Saul Williams lui effleure l’épaule à la fin de «Heroin», John Cale tressaille, tout entier absorbé par l’unique note lancinante qu’il vient d’étirer à l’alto durant près de 10 minutes. L’image est saisissante. Deux générations et deux cultures a priori éloignées (Saul Williams vient du slam), réunies dans la célébration d’un classique absolu du Velvet Underground. La scène s’est produite lors d’une soirée hommage au fameux «album à la banane»

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion