Solidarité

Tunis joue-t-elle avec la sécurité d’un opposant?

L’avocate Radhia Nasraoui est en grève de la faim après le retrait de la protection policière dont bénéficiait son mari, leader de la gauche.
WIKIMEDIA COMMONS/M. RAIS L’avocate tunisienne Radhia Nasraoui (ici en 2012) est en grève de la faim depuis le 11 juillet.
Tunisie

“Le niveau de menace sécuritaire pesant sur Hamma Hammami et sa famille s’est-il réduit au point que le leader de la gauche tunisienne ne puisse plus bénéficier d’une garde rapprochée permanente?” La question posée par écrit le 11 juillet dernier par l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui (64 ans) aux autorités de son pays est simple. Tant qu’elle ne recevra pas de réponse, la célèbre défenseure des droits humains – qui n’est autre que l’épouse

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion