Musique

Paléo la joue peinard, mais divise aussi

Dans son obsession fédératrice, le festival embrasse tout et son contraire. Au final, une édition contrastée avec une déception en ouverture (Red Hot Chili Peppers) et une apothéose engagée avec Keny Arkana et Manu Chao.
La rappeuse marseillaise altermondialiste Keny Arkana Laura Drompt
Nyon

Qu’est-ce qu’un festival qui reçoit Christophe Maé et Keny Arkana a à dire au monde? Tenter de répondre à cette question, c’est se heurter à un mur de perplexité. Paléo dans son obsession fédératrice embrasse tout et son contraire. La notion de «populaire» y trouve une définition des plus larges. Dimanche, Manu Chao, tête d’affiche, passait trop tard pour qu’on vous en parle. Mais on a aimé la prise de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion