Égalité

Des gardes du corps pour les femmes maltraitées

En Espagne, cinquante-trois femmes ont été assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, trente depuis le début de l’année 2017. La société civile s’organise.
Les femmes qui portent plainte n’osent souvent plus sortir de chez elles. Mais Carolina Martinez DR
Espagne

«Elle m’a sauvée la vie, souffle Ana. J’avais perdu 12 kilos, je ne dormais plus, je ne vivais plus. Chaque fois que j’entendais une voiture s’arrêter dans ma rue j’étais prise de panique.» Constamment menacée par son ancien compagnon après avoir porté plainte pour violences, Ana est restée longtemps cloîtrée chez elle. Et puis elle a rencontré Carolina Martinez, fondatrice d’Edemm, une association de gardes du corps féminines et bénévoles

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion