Actualité

L’opposition turque n’a plus le luxe de la division

Des figures de l’AKP ainsi que des militants de gauche et kurdes ont rejoint le mouvement initié par la marche du CHP.
La «marche pour la Justice» est un évènement est tout aussi historique qu’inattendu dans une Turquie vivant sous Etat d’urgence. EXTRAIT YOUTUBE/AFP
Exergue

Ce dimanche, Kemal Kiliçdaroglu, le leader du Parti républicain du peuple (CHP, principale formation d’opposition en Turquie), a conclu à Istanbul une «marche pour la Justice» partie d’Ankara le 15 juin dernier. Devant près d’un million de sympathisants rassemblés à la périphérie est de la ville, il a voulu réinsuffler un peu d’espoir à l’opposition turque. «Ce n’est pas la fin de notre marche, c’est une renaissance», a-t-il lancé devant la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion