Cinéma

Pour l’amour du septième art

Maintes fois condamnées, les salles indépendantes survivent en centre-ville. Comment et pourquoi? Les réponses de deux exploitants à Genève et Lausanne, avec un détour par Berlin.
Rouvert en 2015 à Genève SERGE MACIA
Exploitation

Il y a six ans, à l’heure du passage forcé à la projection numérique, on a prédit la disparition des dernières salles indépendantes qui avaient survécu à l’avènement des multiplexes. Or l’hécatombe redoutée n’a pas eu lieu. En ville, les cinémas à écran unique résistent et d’autres renaissent. Le monde de l’exploitation, en mutation, n’en est pas moins menacé – notamment par les nouveaux acteurs de l’audio­visuel en ligne. Etat des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion