Musique

Archiver l’extase

La Renaissance arabe s’est soldée par un renouveau musical d’une profondeur qui n’a eu d’égal que son oubli progressif. La Fondation Amar remet cette période au goût du jour.
Salwa Jaradat EMMANUEL HADDAD
Musique arabe

En arrivant au ­Liban, si l’on ne tend pas l’oreille, on ne risque pas d’entendre le doux reflux de la musique arabe classique percer peu à peu la membrane de l’oubli où elle a été confinée depuis les années 1930. A Beyrouth, les mélopées enivrantes d’Abd al-Hayy Hilmi ou de Yusuf al-Manyalawi sont dissipées par un concert permanent de klaxons et de musique populaire, de la dabkeh jouée dans les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion