Actualité

Plus de cent civils tués par une frappe à Mossoul

Les Etats-Unis ont reconnu jeudi être à l’origine du massacre d’au moins 105 civils le 17 mars dernier à Mossoul.
Les alentours de Mossoul en novembre 2016. WIKIMEDIA COMMONS/MSTYSLAV HERNOV
Irak

Les Etats-Unis ont reconnus jeudi être à l’origine du massacre d’au moins 105 civils le 17 mars dernier à Mossoul. En appui aux troupes irakiennes qui reconquièrent la ville des mains de l’Etat islamique, un bombardement étasunien devait cibler deux francs-tireurs. Le Pentagone affirme que des munitions appartenant au groupe djihadiste auraient explosé consécutivement à la frappe, faisant s’effondrer le bâtiment. Le bilan final pourrait être encore plus important, trente-six personnes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion