Solidarité

«Nous sommes des correspondants de guerre»

Le journaliste José Gil Olmos raconte pourquoi tant de ses collègues ont été assassinés. La violence a contraint la profession à revoir sa façon de travailler. Entretien surréaliste.
«Nous sommes des correspondants de guerre»
Deux des collègues journalistes de José Gil Olmos ont été torturés avant d’être éliminés. CRH
Mexique

Nul besoin de chercher une actualité pour évoquer les violences dont sont victimes les journalistes au Mexique. L’actualité, dans l’un des trois pays les plus dangereux pour les représentants de la presseA ce triste palmarès, le Mexique arrive juste après la Syrie et l’Afghanistan. c’est tous les jours. Dernier assassinat en date, le 17 mai dernier: Javier Valdez, correspondant du journal La Jornada et pigiste de l’Agence France Presse, a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion