Cinéma

Trois Palestiniennes contre le patriarcat

Comédie dramatique intelligente et bien ficelée, Je danserai si je veux est également féministe.
Le film expose les tensions internes de la minorité arabe. Sister Distribution
A l'affiche

Voir un film israélien qui s’intéresse à la minorité arabe du pays est déjà rare – on se souvient seulement des récents Ana Arabia d’Amos Gitaï et Mon Fils d’Eran Riklis. Qu’il soit réalisé par une Palestinienne et produit par un juif, tous deux citoyens de l’Etat hébreu, paraît d’autant plus exceptionnel. Mieux encore: comédie dramatique intelligente et bien ficelée, Je danserai si je veux est aussi féministe! Maysaloun Hamoud, 35 ans,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion