Agora

«Une vision obtuse et borgne»

Emmanuel Deonna pointe la responsabilité de la droite élargie (PDC-PLR-UDC-MCG), majoritaire au Conseil municipal, dans les coupes budgétaires en matière d’aide aux migrants et de solidarité internationale.
Ville de Genève

Le Conseil municipal de la Ville de Genève a pris la semaine passée plusieurs mesures1Lire R. Armanios, «La droite impose ses coupes», Le Courrier du 27 avril 2017. défavorables à l’intérêt général. Parmi celles-ci, on note une baisse de l’aide aux chômeurs, aux crèches et à certains acteurs de la vie culturelle. Des arbitrages délétères visent aussi l’aide aux migrants et la solidarité internationale. A Genève, les défis liés à l’accueil et à l’accompagnement des requérants d’asile – en particulier des requérants d’asile mineurs – sont très nombreux. L’insertion socioprofessionnelle, l’intégration culturelle et la lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes qui fuient des contextes de guerre et de persécution représentent des enjeux majeurs. Ils exigent un soutien et un engagement durable des autorités publiques. La collaboration entre le canton (via l’Hospice général), la Ville, les associations et les entreprises engagées dans ce domaine se consolide progressivement. Le Conseil administratif proposait dans ce contexte une augmentation de 400 000 francs de l’aide destinée à l’accueil des primo-migrants. Les partis de la droite dure (MCG, UDC, PLR) et le Parti démocrate-chrétien l’ont sèchement refusée. Le parti libéral-radical a convaincu les élus d’affecter le montant prévu pour l’accueil des migrants à l’aide au retour. Or, l’aide au retour ne peut en aucun cas se substituer au devoir d’accueil. La vision obtuse et borgne de la droite majoritaire est en contradiction flagrante avec la tradition d’accueil et la réputation internationale de Genève. Elle est d’autant plus scandaleuse qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une attaque plus large contre la solidarité internationale. Les partis de droite ont en effet aussi voté la suppression d’une subvention cumulée de 590 000 francs à la solidarité internationale et l’aide au développement. L’attitude de la droite nationaliste et bourgeoise ne constitue à vrai dire pas une surprise. Celle du Parti-démocrate chrétien étonne quant à elle beaucoup plus. Les travaux effectuées notamment en commission des finances ont prouvé la fiabilité et la très bonne qualité du travail effectué par le service Agenda 21 de la Ville de Genève et la DGVS (Délégation Genève Ville Solidaire).

Relents xénophobes. Les syndicats, les associations de défense des migrants et les œuvres d’entraide ont récemment pu se réjouir de l’assouplissement des critères de la régularisation pour les travailleurs sans statut légal (opération Papyrus). Force est néanmoins de constater que le repli sur soi, l’isolement et la recherche de boucs émissaires demeurent souvent un dénominateur commun dans les rangs des élus de droite. Ces attitudes servent de fonds de commerce électoral dans de nombreux pays. Nos amis français sont contraints de faire barrage à la menace réelle de l’extrême droite raciste et révisionniste. La gauche devra quant à elle s’opposer aux relents isolationnistes et défendre becs et ongles la tradition humaniste de Genève.

Notes   [ + ]

1. Lire R. Armanios, «La droite impose ses coupes», Le Courrier du 27 avril 2017.

*Conseiller municipal (PS), Ville de Genève.

Opinions Agora Emmanuel Deonna Ville de Genève

Connexion