Livres

Les vertiges du son

Musique et transe chez les Arabes analyse l’état de plénitude et d’exaltation, sacrée ou profane, véhiculée par la musique dans la tradition musulmane.
Les derviches tourneurs WIKIMEDIA COMMONS
Transmission

«De tous les peuples du monde, ce sont sans doute les Arabes qui auront le plus étroitement associé la musique et la transe», écrit Gilbert Rouget dans Musique et transe chez les Arabes, édité chez Allia. Un opuscule riche (et dense) qui est en réalité un chapitre tiré d’un ouvrage, La Musique et la transe, publié en 1980. Passant au peigne fin des textes soufis ou des traités de musicologie,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion