Musique

Hors du désert

Tinariwen, Bassekou Kouyaté, Les Filles de Illighadad: les artistes maliens et nigériens s’invitent dans les salles de rock de Lausanne et Genève. Explications.
Bassekou Kouyaté ajoute à ses instruments à cordes traditionnels des pédales wah-wah FEDERICO PEDROTTI
Musique

Aux Docks de Lausanne, en ce vendredi 3 mars, la salle est archicomble. Mark ­Kelly égrène ses chansons folk en solo. Quand les musiciens du groupe Tinariwen entrent en scène, le public est prêt: un drapeau berbère est suspendu au balcon et les ovations, sifflets et applaudissements sont fournis. Le 23 mars, ce sera au tour de Bassekou Kouyaté de fouler les planches du Romandie. Et le 3 avril, à Genève, la Cave 12

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion