Égalité

Vivre malgré la coupure

Un colloque se tiendra cette semaine à Genève sur les mutilations génitales féminines et leur prise en charge médicale. Un sujet méconnu, qui touche pourtant des milliers de femmes en Suisse.
L’excision est un sujet qui demeure tabou. Mais la sensibilisation fait son effet et la pratique tend à diminuer dans certains pays. Unicef
Excision

Les statistiques officielles parlent de 15 000 femmes vivant en Suisse avec des mutilations génitales (MGF). Un chiffre en augmentation, qui suit le rythme des migrations internationales, et encore sous-estimé selon la gynécologue Jasmine Abdulcadir, du Département de gynécologie et obstétrique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Spécialiste de la question, elle organise le colloque international qui se tient en ce début de semaine aux HUG. Cette praticienne propose des consultations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion