Scène

Désespoir et amour féminins

Sur les plateaux romands, Manque de Sarah Kane et SeXclure d’après Nelly Arcan dévoilent avec finesse la féminité et le désir contrariés. Discussion avec leurs metteures en scène.
Désespoir et amour féminins
Les quatre comédiennes de «Manque» FELICIE MILHIT
Théâtre

La voie nihiliste est en général beaucoup plus létale pour les femmes que pour les hommes, soulignait Nancy Huston dans son essai consacré aux auteurs qu’elle nomme les Professeurs de désespoir (2004). La destinée suicidaire de l’écrivaine québécoise Nelly Arcan (1973-2009), qu’elle qualifiait de surdouée et brillante, et qu’elle regrettait de n’avoir jamais rencontrée, semble confirmer sa théorie, comme l’analysait une journaliste canadienne en 2011. «C’est un bon exemple, comme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion