Scène

Wozzeck, monumental et glaçant

A l’Opéra des Nations, la machine à broyer ourdie par Alban Berg fait son œuvre sans fausse note, dans la belle production de David McVicar.
Mark Stone (Wozzeck) et Jennifer Larmore (Marie) GTG / Carole Parodi
Scène

Au centre de la scène, imposant et glaçant, un gigantesque monument aux soldats morts. Sous une statue noire et sombre, une interminable liste de noms gravés dans le marbre: autant de vies broyées et oubliées. C’est devant ce témoin que défilent d’une traite les quinze vignettes qui scandent l’écrasement de cet anonyme, de ce pauvre diable de Wozzeck. Houspillé de toutes parts, accablé par une angoisse irrépressible, il suit la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion