Vaud

Arrêté au Service vaudois de la population et expulsé

Un père de famille togolais a été l’un des derniers requérants à être interpellé dans les bureaux de l’administration. Un cas qui risque de se reproduire si l’interdiction de cette pratique est levée.
En 2010 JEAN-BERNARD SIEBER/ARC
Témoignage

«Je n’oublierai jamais ces visages. Ils m’ont dit: ‘Monsieur, votre situation n’est plus possible’.» Alors qu’il se rendait un jour de 2007 au Service de la population du canton de Vaud (SPOP) avec sa femme et ses deux filles de 4 et 2 ans pour renouveler son aide d’urgence, Komlan (prénom d’emprunt) est arrêté et renvoyé au Togo quelques jours plus tard par vol spécial, entravé et attaché à son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion