Musique

Tinariwen, l’Internationale du désert

Armés de leurs guitares, sous la double influence d’Ali Farka Touré et Jimi Hendrix, les emblèmes du rock touareg sortent un huitième album résistant. Magnifique.
MARIE PLANEILLE
Blues touareg

Djihadisme, trafics en bandes organisées, divisions ethniques, ingérences politiques et tutelles économiques, tels sont les maux qui rongent le Mali. Les Touaregs, disséminés entre plusieurs frontières, restent des nomades sans terre. Du désert s’élève une complainte résistante et résiliente, celle de Tinariwen, musiciens exilés perpétuels dont le blues innerve la région et, depuis une dizaine d’années, le monde entier. Diffusion via la major Universal dès le milieu des années 2000,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion