Actualité

Au nom de la loi, taisez-vous!

Les SLAPP, ou poursuites-bâillons, sont toujours plus présentes dans le panorama judiciaire mondial. Peu reconnues et difficiles à prouver, elles témoignent du problème d’accessibilité à la justice.
Une mobilisation importante a eu lieu au Québec autour de la plainte de la multinationale Barrick Gold en 2008 contre les trois auteurs du livre Noir Canada (photo). Depuis une loi anti-slapp protège quelque peu les militants ou journalistes. ECOSOCIETE
Liberté d’expression

SLAPP! L’expression fait penser à une onomatopée de bande dessinée, comme illustration d’une baffe magistrale. C’est d’ailleurs un peu cela. Le mot anglais slap, qui signifie gifle, se veut ici l’acronyme de Strategic Lawsuit Against Public Participation. En français: poursuites stratégiques contre la mobilisation publique, ou poursuites-bâillons. Ce phénomène, surtout connu dans les pays anglo-saxons, représente les poursuites judiciaires délibérément infligées à des militants, journalistes, écrivains ou simples citoyens, afin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion