Religions

Les cyber-prédicateurs n’ont pas la cote

Tout juste parue, une étude montre que les jeunes musulmans se tournent peu vers les prédicateurs sur internet pour fonder leur pratique religieuse, qu’ils veulent helvético-compatible.
L’influence des cyber-prédicateurs LDD
Suisse

Les jeunes musulmans suisses se contentent-ils de répliquer les valeurs religieuses transmises par leurs parents? Les cyber-prédicateurs ont-ils une influence importante sur leurs convictions spirituelles? Le modèle de transmission de l’islam est-il plus autoritaire que celui d’autres religions? L’étude réalisée par le Centre de recherche sur les religions de l’université de Lucerne corrige quelques idées reçues. Dans le cadre du projet de recherche «Imams, rappeurs et cybermuftis»1Cette fourchette correspond à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion