Musique

Aziza Brahim. Le poing et la voix

Engagée pour ­l’indépendance de son pays, le Sahara occidental, la chanteuse incarne à la fois la tragédie et les espoirs de nombreux réfugiés dans le monde.
Aziza Brahim marche dans les pas des femmes qu’elle a vues Guillem Moreno
Musique

Elle porte le voile, a choisi une chanson de Jimi Hendrix comme sonnerie sur son portable, veut qu’on la tutoie et joue du tabal, une percussion du Sahara occidental réservée aux femmes. Petite-fille de la poétesse sahraouie ­renommée Ljadra Mint Mabrouk, l’auteure-interprète Aziza Brahim suit les traces de son aïeule et brise les clichés. Considérée comme la chanteuse la plus importante de son pays, elle en est aussi une fervente

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion