Cinéma

Chienne de vie

Perdu de vue depuis dix ans, Todd Solondz revient avec une «comédie du désespoir» d’une intolérable cruauté. Après Lausanne en novembre, le film est désormais à l'affiche à Genève et Neuchâtel.
Le teckel SPOT ON
Cinéma

Sans nouvelles depuis Palindromes (2004), on avait un peu oublié Todd Solondz – alors que le réalisateur de Bienvenue dans l’âge ingrat et Happiness fut l’un des auteurs les plus en vue (et controversés) du cinéma indépendant américain des années 1990. Après les inédits Life During Wartime et Dark Horse, le voilà qui réapparaît aujourd’hui avec Le Teckel. Retrouvailles un brin décevantes: rien n’a changé dans l’univers impitoyable et caustique du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion