Solidarité

L’oasis de la révolution

Conquête de la Révolution de jasmin, la palmeraie autogérée de Jemna crée de l’emploi et répartit ses profits. Mais elle est menacée par Tunis, qui craint un effet de contagion.
L’Association de sauvegarde des oasis de Jemna emploie 133 ouvriers dans une région marquée par un chômage de masse. C’est dix fois plus qu’avant la révolution. J. BERLIOUX
Tunisie

«Si l’Etat la prend de force, ça va brûler, ça sera une nouvelle révolution. Nous avons des familles à nourrir, on vit pour ça», assène Taher Yahia, un ouvrier agricole originaire de Jemna, une petite oasis dans le sud de la Tunisie. Sa casquette fermement vissée sur le crâne, le quadragénaire décrit la détermination de ses voisins et collègues jemniens dans le conflit qui les opposent au gouvernement tunisien pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion