Solidarité

Le sandinisme sans adversaire

Au Nicaragua, Daniel Ortega devrait remporter un troisième mandat consécutif face à une opposition divisée. Sa force: des alliances larges et un bilan. Et l’autoritarisme, critiquent les opposants.
Des centaines de milliers de personnes ont commémoré le 19 juillet dernier les 37 ans de la Révolution sandiniste et le renversement de la dictature d’Anastasio Somoza. S. FERRARI
Nicaragua

Au Nicaragua, les campagnes politiques passionnées appartiennent au passé. Depuis des mois, les sondages prédisent une nette victoire du Front sandiniste de libération nationale (FSLN, gauche au pouvoir) aux législatives et du président Daniel Ortega à la présidentielle de ce dimanche. L’adhésion populaire à l’ex-guérillero et à son épouse Rosario Murillo, candidate à la vice-présidence, dépasserait les 70%, selon la firme M&R Consultores. Cette prévision complète la sixième enquête nationale

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion