Livres

Sois un bon petit soldat!

Le cynisme, l’humour et la révolte courent entre les lignes du deuxième roman de Denis Michelis.
Roman

Albertin est un mauvais fils. Il ne cesse de décevoir son père. Quand tous deux déménagent dans un pavillon avec «salon-salle à manger traversant» – la mère a refait sa vie ailleurs –, il est sommé de devenir un «bon fils». C’est le titre ironique du deuxième roman de Denis Michelis, placé sous les auspices du grand Thomas Bernhard, cité en exergue: c’est dire si le cynisme, l’humour et la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion