Cinéma

Aliénation iranienne

Iranien en exil à Londres, Babak Anvari s’essaie au fantastique sans beaucoup de réussite dans Under the Shadow.
Aliénation iranienne
DR
Cinéma

Réputé pour ses auteurs ombrageux (Kiarostami, Farhadi, Panahi…), le cinéma iranien s’aventure depuis peu dans les mauvais genres. Après les cannibales de Fish and Cat ou les vampires de A Girl Walks Home Alone at Night, voici Under the Shadow et ses fantômes – ou Djinns, esprits malins de la tradition orientale. De quoi réunir les amateurs d’horreur et le public des importations du distributeur Trigon? Pas sûr dans le cas de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion