Genève

Des recettes au goût amer

La gauche genevoise réclame des recettes supplémentaires depuis des lustres. Elle est servie avec le plafonnement des déductions fiscales des frais de déplacements. Une mesure soumise au peuple le 25 septembre, et qui devrait rapporter 28 millions de francs à l’État. Sauf que, à regarder cette campagne de plus près, les partis anti-austérité ne se bousculent pas pour défendre la suppression de cette niche fiscale proposée par le Conseil d’Etat.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion