Genève

L’«inavouable bricolage» de la rentrée scolaire genevoise

Les syndicats des enseignants s’inquiètent des signaux lancés à la rentrée 2016.
L’école genevoise doit répondre à de nombreux défis alors même qu’elle est sans réserve budgétaire. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
École

Le Département genevois de l’instruction publique (DIP) a «ratissé les fonds de tiroirs» et atteint ses limites en matière d’économies «sans toucher aux conditions d’enseignement». C’est ce qu’annonçait mardi la magistrate Anne Emery-Torracinta, à l’heure où l’école genevoise doit répondre à de nombreux défis alors qu’elle est sans réserve budgétaire (notre édition du 24 août). L’image en dit long sur l’avenir de l’éducation à Genève, selon les syndicats de l’enseignement

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion