Genève

Budget, asile et inclusion: les défis de la rentrée

Sans budget et avec un accueil important de réfugiés mineurs, cette reprise des cours n’est pas de tout repos.
Selon la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta JPDS
Ecole genevoise

«Une rentrée pas facile à organiser.» La conseillère d’Etat chargée du Département de l’instruction publique (DIP), Anne Emery-Torracinta, a débuté la traditionnelle conférence de presse de reprise scolaire par cet euphémisme. Alors que les classes genevoises s’apprêtent à accueillir plus de 1000 élèves supplémentaires, la rigueur budgétaire a mis au défi la direction du DIP, qui a dû consentir à d’importants sacrifices, notamment au cycle d’orientation. 1. Les contraintes budgétaires

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion