Scène

Le souffle de toutes les peurs

À Avignon avant La Bâtie, la Flamande Lisbeth Gruwez fait du corps le sismographe d’une culture de la peur pas prête de s’essouffler. Magistral et somatique.
We’re Pretty Fuckin’ Far From Okay CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE / FESTIVAL D'AVIGNON
Festival d'Avignon

Deux êtres se tiennent rivés sur leurs chaises en bordure de plateau, comme en apnée méditative gonflant un sas permettant au regardeur d’ajuster sa respiration haute, médiane et basse à la grammaire détendue du binôme formé par l’ex-égérie de Jan Fabre, Lisbeth Gruwez, et le circassien devenu compagnon de route de Sidi Larbi Cherkaoui, Nicolas Vladyslav. Son physique ductile ramène au burlesque mélancolique et dramatique d’un Keaton. La pneumatique agitera

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion