Cinéma

Le NIFFF fraie en eaux troubles

Bigoterie, dysfonctionnements familiaux et troubles de l'identité traversent la compétition internationale de cette 16e édition.
«Lo chiamavano Jeeg Robot» de Gabriele Mainetti transpose le mythe du superhéros dans la capitale italienne. DR
Cinéma fantastique

Canicule en moins, on retrouve au Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) les éléments qui ont fait le succès des éditions précédentes. Un public démonstratif et une programmation variée qui transcende les figures imposées – tueurs en séries et zombies ne tiennent plus la vedette. Au NIFFF, on jubile face aux morceaux de bravoure comme devant les moments de comique involontaire. L'élimination du méchant dans un torrent d'hémoglobine est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion