Livres

LA FRAGILE BEAUTE DU MONDE

Solitaire, il arpente la campagne et les bois, fuit le chantier qui dévore la vallée. Dans Parti voir les bêtes, Anne-Sophie Subilia confronte le rêve d’une nature intacte au mouvement inexorable du temps.
Parti voir les bêtes parle d'un amour fou pour une nature vouée à disparaître. DR
Livres

C’est le roman de la nostalgie pour un monde qui disparaît, grignoté peu à peu par le béton; le récit d’un amour fou pour une terre d’enfance, ses odeurs et sa sauvagerie, les bêtes qui peuplent ses forêts, pour ses cours d’eau vive et la lenteur des saisons loin de la frénésie du monde du travail. C’est dans cet univers encore préservé que se réfugie le héros de Parti voir

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion